Rôle de papa et l’accouchement – POUR LA JOURNÉE DE L’HOMME, 19 NOV, 2017

RÔLE DE PAPA ET L’ACCOUCHEMENT

Les hommes occupent une place de plus en plus importante dans la dynamique familiale. Bien loin de l’époque où le père ne se mêlait pas des “affaires de la maison”. Ils veulent participer et s’impliquent dans les diverses sphères de la vie familiale. Avec cette nouvelle place est aussi venue une nouvelle place dans l’accouchement. Cependant, ce n’est pas tout les hommes qui sont à l’aise d’emblée avec cet évènement.

Bien souvent, avant la naissance, le couple fusionnel se prépare tranquillement à l’arrivée du nouveau membre. Cette préparation est très souvent matérielle. Couchette, vêtements et accessoires divers sont au rendez-vous. Si la chambre et la valise sont prêtes, tout va bien!
De moins en moins la préparation de l’évènement en tant que tel fait partie des préoccupations. La diminution des cours prénataux officiels n’y est probablement pas étrangère. De plus, les hommes ont rarement des exemples et modèles de « Quoi faire ». Les conseils habituels étant “ne regarde pas”, “ne la contredit pas”, etc… Très peu de comment les choses vont se passer et surtout très peu de qu’est-ce qui devrait être fait. Pourtant malgré ce manque de directives, les mamans mettent beaucoup d’espoir sur le conjoint pour s’appuyer pour cet évènement.
Ayant à vivre l’accouchement, elles s’y préparent mentalement et physiquement tandis que pour papa, ça reste bien souvent très abstrait. Une vision un peu hollywoodienne du déroulement en prime.
Les papas abordent donc souvent l’accouchement en se disant « Ils vont nous dire quoi faire. » ou encore «Ils vont s’en occuper. ». Créant une confiance un peu aveugle envers les intervenants et peu préparés à la réalité. De plus en plus, beaucoup de couples ont cette vision que après le début du travail, ils vont simplement se rendre à l’hôpital, recevoir l’épidurale et attendre qu’on leur dise de pousser. Ce qui mène souvent à une cascade d’interventions. Bien sûr, plusieurs papas sont instinctivement géniaux, mais règle générale, les papas sont vite dépassés à la fois par le déroulement et l’intensité.
Pourtant la volonté du conjoint est très souvent de vouloir être “le rock”, la personne sur qui la maman pourra compter. Pour beaucoup de papas ce qui ressort au final est le sentiment d’impuissance et à quel point c’était abstrait pour eux.

Après la naissance, le quatrième trimestre un peu fusionnel qui s’ensuit, entre maman et bébé, laisse parfois peu de place aux papas. Surtout si ces derniers à la base étaient plus ou moins à l’aise dans leur futur rôle. C’est souvent à ce moment que les problèmes d’adaptation du passage de couple à famille surviennent. Les papas se distancent, ne se sentant pas outillés et capables, tandis que les mamans, en conséquence, n’ont d’autres choix que de s’occuper de tout.
Pourtant, la naissance devrait être un moment pour solidifier le couple et préparer aux moments qui suivent.
La solution est pourtant si simple, elle vient avec la préparation. Face à cette volonté d’être présent, compétent, actif et solide, il suffit d’outiller les papas. Un papa qui participe et qui se sent à l’aise fait toute la différence. Il lui suffit de comprendre ce qui se passe et ce qu’il doit faire, tout simplement.
On est bien loin des hommes dans la salle d’attente avec leurs cigares, mais il ne faut pas oublier pour autant de leur donner les moyens de participer!

Nicolas Lacroix-Pépin Ph.D.
www.nicolaslacroixpepin.com

Save

<

Save

Save

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.